// loop

Le baromètre de la consommation responsable

542071e2f5feb623699daad1_arrow-down.png

Qu’a t’on fait de plus pour l’environnement en 2014? Qu’est qu’on pourrait améliorer en 2015? Saviez-vous qu’une équipe de chercheurs étudient la consommation responsable des Québécois? Depuis 2010, l’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’ESG UQAM a sondé plus de 1000 consommateurs dans l’objectif de mesurer leurs comportements en matière d’achats écoresponsables. L’édition 2014 du Baromètre de la consommation responsable au Québec fut publiée en novembre et dresse un portrait de l’évolution des comportements écoresponsables des Québécois depuis 2010.

Voici quelques faits saillants de cette étude

  1. L’indice de consommation responsable (ICR) est le seul outil qui évalue les pratiques des Québécois en matière de consommation responsable. Il permet de suivre avec les années la progression du phénomène au Québec. En 2014, cet indice était de 65,1 points, soit 1,1 point de plus qu’en 2010
  2. L’écart des comportements de consommation responsable entre les hommes et les femmes s’est atténué depuis 2010. Cet écart était de 4,7 points en 2010 alors qu’en 2014 il n’était que de 1,1 point.
  3. En 2014, les 45-64 ans apparaissaient comme les consommateurs les plus responsables et non les jeunes.
  4. On constate que depuis 2010, le recyclage est le comportement de consommation responsable le plus pratiqué. La consommation locale et la déconsommation (ex : renoncer à acheter des produits dont on n’a pas besoin, diminuer sa consommation d’énergie, etc.) suivent en deuxième et en troisième position.
  5. En 2014, les produits locaux ont gagné en popularité! Dans le top 20 des produits écolos les plus populaires, on en retrouvait au moins 9 qui étaient des produits locaux.
  6. Dans le top 5 des organisations écoresponsables figuraient en ordre d’importance : Cascades, Attitude, Bio-Vert, Hertel ainsi que Jardin Bio.
  7. Concernant les certifications, moins d’un consommateur sur cinq les utilisent lors de leur processus d’achat. Aussi, il s’avère que peu de consommateurs connaissent l’impact sur l’environnement des produits qu’ils achètent.
  8. L’environnement reste la principale motivation pour consommer de manière responsable. Toutefois, les bénéfices sur la société, sur la santé et sur l’image personnelle suivent de près.
  9. Le prix, le manque de connaissances à propos des certifications, le marketing du produit, la perte de temps et le doute sur l’efficacité d’un article sont les éléments qui freinent le plus les consommateurs à se procurer des produits verts. En 2014, 60 % des consommateurs jugeaient que le prix d’un produit écologique était trop élevé par rapport à d’autres produits de la même catégorie.
  10. Malheureusement, le scepticisme envers les acteurs du développement durable a atteint en 2014 un niveau record et s’est accru avec les années. En 2014, moins de 15,0 % des Québécois avaient confiance en l’engagement en matière de développement durable des entreprises !
  11. Il semble que pour la majorité des Québécois (82,7%) consommer de manière responsable c’est avant tout renoncer à acheter des produits et services dont on n’a pas besoin.
  12. De manière générale, les résultats de cette étude ont démontré que les Québécois sont désireux d’adopter des pratiques de consommation différentes. Ils seraient prêts à réévaluer leur mode de vie afin d’augmenter leur niveau de consommation responsable. Ce qui est une très bonne chose! Je vous invite à consulter le rapport complet de cette étude qui est concis et très bien illustré. Il est très intéressant de constater que l’indice de consommation responsable évolue dans le bon sens, lentement mais sûrement! Justement, le défi d’une organisation telle que la nôtre est de vous inciter à adopter des comportements écoresponsables au quotidien.

Sources : www.consommationresponsable.ca      www.cascades.com

DEVENEZ MEMBRE DÈS MAINTENANT

INSCRIPTION

VISITEZ NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE

À VENIR