// loop

Quand la nature affiche ses couleurs

542071e2f5feb623699daad1_arrow-down.png

À quoi doit-on le changement de couleur des feuilles d’automne? La majorité des gens se sont déjà posé cette question et la plupart doivent déjà connaître la réponse…

Le changement de couleur qui s’opère dans les feuilles à l’automne est lié à la baisse de luminosité. D’abord, je ne vous apprendrai pas que c’est la chlorophylle qui donne la teinte verte aux feuilles. Lors de la photosynthèse, l’arbre absorbe du gaz carbonique et rejette l’oxygène. Le gaz carbonique est ensuite transformé en nutriment grâce à l’énergie du soleil et à la chlorophylle. Cette substance est en permanence renouvelée lors de la période de croissance des arbres, notamment grâce à l’énergie du soleil.

À l’automne, la diminution de la lumière causée par les journées plus courtes indique aux arbres qu’il est temps de se préparer pour l’hiver. Une fine membrane de liège se forme alors entre la branche et le pétiole des feuilles. Cette membrane agit comme un tampon, bloquant progressivement les échanges de sève entre les feuilles et le reste de l’arbre. La sève brute, qui remonte des racines n’alimente plus les feuilles qui se trouvent privée des éléments essentiels indispensables à la chlorophylle. La feuille ne peut plus synthétiser la chlorophylle et petit à petit, cette dernière disparait de la feuille. Il est alors possible d’apercevoir graduellement les autres pigments jaunes (carotène et xanthophylle) qui sont normalement masqués par le vert.

L’augmentation du liège à la base de la feuille entraîne aussi une accumulation de sucres dans les tissus des feuilles. Pour les érables, ce surplus de sucres amorce la synthèse de composés colorés, les phénols et les anthocyanes. C’est ce dernier qui est responsable de la coloration rouge des feuilles. En sol acide, l’anthocyane est rouge vif tandis qu’en milieu alcalin elle tourne au violet. Aussi, la diminution de la température près du point de congélation favorise la formation d’anthocyanes. Plus tard, la couche de liège entraînera la mort des feuilles, qui avec le vent, finiront par se détacher et tomber sur le sol.

Et les conifères dans tout ça?

Alors que les feuillus s’adaptent à l’hiver en perdant leurs feuilles, les conifères développent des feuilles plus coriaces sous forme d’aiguille ou d’écailles recouvertes d’une couche de cire qui les protège du froid. Parmi les conifères, seul le mélèze perdra ses feuilles en hiver.

Sources : www.sngforesterieconseil.com   www.agrireseau.qc.ca   www.thecanadianencyclopedia.ca   www.meteomedia.com

DEVENEZ MEMBRE DÈS MAINTENANT

INSCRIPTION

VISITEZ NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE

À VENIR